mars 15

2 comments

5 blocages psychologiques qui vous empêchent de perdre du poids durablement

Je sais que vous avez du mal à accepter votre corps. Que vous ne vous sentez pas bien dans votre peau et que perdre du poids vous ferrez du bien.

Je le sais et vous le savez aussi.

Alors pourquoi diable vous n’arrivez pas à maigrir ? Pourquoi après toutes ses années, vous êtes au même point ? Pourquoi, quoi que vous fassiez, vous échouez ?

Je vais vous le dire :

Le problème, il est là-haut. Dans votre tête.

Vous avez des croyances qui vous empêchent de vous réaliser. Des phrases toutes faites qui vous bloquent. Des convictions qui vous complaisent dans votre situation.

Vous allez voir, dans cet article, je vais vous parler de 5 blocages psychologiques. 5 freins qui vous limitent et vous pourrissent la vie.

Pour qu’à la fin, vous soyez en mesure de comprendre pourquoi vous n’avancez pas. Pourquoi, malgré tous les régimes du monde, vous n’arrivez pas à avoir le corps que vous méritez.

 

Fausse croyance 1 : vous manquez de volonté

Avec les années, vous pouvez tomber dans ce piège : celui de ne plus chercher à maigrir.

Malgré le désespoir, malgré la douleur de votre surpoids, vous jetez l’éponge.

Vous abandonnez, car vos précédentes tentatives se sont soldées par des échecs. Des échecs qui ont détruit votre estime de vous. Ainsi que votre confiance en votre capacité de maigrir.

Faut dire que c’est compréhensible.

Regardez les régimes. Regardez à quel point c’est dur.

  • On doit se priver de ses aliments préférés.
  • On doit réduire ses portions.
  • Parfois on doit peser.

C’est normal, qu’avec les années, vous n’ayez plus la force de faire ça. Personne ne peut tenir. C’est humain.

La volonté, c’est comme un muscle.

Bien que vous puissiez l’entraîner, si vous l’utilisez trop, vous l’épuiserez. Et là ? Vous vous jetterez sur un biscuit, un carré de chocolat ou une chips.

Alors, sur le moment, ça vous fait du bien. Mais une fois le crime commis, vous le regrettez amèrement.

Vous culpabilisez. Vous avez des remords.

« Mais puisque j’ai craqué, que je n’ai pas su me contrôler, alors autant continuer à manger… »

Et forcément, vous pensez que c’est de votre faute. Que vous n’avez aucune volonté. Seulement, c’est ce que veulent vous faire croire les régimes.

Ça les arrange.

Bah oui, ils peuvent ainsi rejeter la faute sur vous. C’est de votre faute si vous n’arrivez pas maigrir. Et à force, ça rentre. Vous vous convainquez qu’effectivement, vous êtes destiné à rester avec ce poids. Rester avec ce corps que vous haïssez.

Mais la vérité, c’est que ce n’est pas votre volonté qui pose problème, mais la méthode.

Et il existe une alternative aux régimes traditionnels.

Bien moins connu. Bien moins sexy que leurs promesses alléchantes. Seulement, les résultats sont durables et ne demandent pas l’utilisation de votre volonté.

Cette méthode, c’est le rééquilibrage alimentaire. Appliquez-le jour après jour, et en un an votre corps sera transformé. Vous perdrez du poids et commencerez à accepter votre corps, sans vous en rendre compte.

C’est par l’accumulation de petites actions que vous obtiendrez des résultats durables.

 

Fausse croyance 2 : vous ne pouvez pas maigrir, car vous avez tout le temps faim

À votre avis : pourquoi ?

Pourquoi vous avez tout le temps faim ? C’est simple : vous avez une croyance qui dit que pour maigrir, vous devez moins manger.

Alors oui, ça marche. Un temps.

Après, vous stagnez et là, il se passe généralement deux choses :

  1. Vous réduisez encore vos portions.
  2. Puis, affamé, vous grignoterez pour compenser cette faim et reprendrez vos kilos.

Arrêtez de voir la nourriture comme votre ennemi ! Les aliments ne sont pas là pour vous faire grossir, mais pour vous maintenir en vie.

Votre corps, c’est une machine. Et toute machine a besoin de carburant. C’est à ça que servent les aliments. À faire fonctionner votre magnifique corps.

Alors, arrêtez de réduire vos apports. Augmentez-les ! Mais de manière intelligente. En choisissant des aliments riches en nutriments utiles.

Car si vous le nourrissez de nourritures industrielles, il va extraire peu de vitamines et minéraux. Insatisfait, il vous poussera à avaler plus d’aliments pour combler ses besoins.

C’est comme ça qu’on se retrouve à finir un paquet de chips sans avoir compris ce qui se passait ! (Et en ayant encore faim…) Je peux vous garantir que si c’était des bâtonnets de carottes, vous aurez arrêté avant !

Donc mangez de vrais aliments et en quantité suffisante. Et vous verrez que vous n’aurez plus faim.

 

Fausse croyance 3 : vous êtes gourmand

Moi aussi je suis gourmand ! Est-ce que ça m’empêche d’avoir un poids de forme ?

Non !

Pourquoi ça ? Pourquoi moi je peux manger ce dont j’ai envie, alors que vous, vous prenez tout dans les hanches ?

Parce que je suis plus jeune ? Parce que je suis un homme ?

Non. C’est juste que je ne me fais pas plaisir avec n’importe quoi et n’importe quand.

  • Est-ce que je mange des glaces ? Ça m’arrive.
  • Est-ce que je mange des cookies ? Oh que oui !
  • Est-ce que je mange des tartes sucrées et salées. Et comment !

Mais, je les fais moi-même. Avec des ingrédients simples, sains et complets. Et pas tous les jours.

Car je fais en sorte que mes repas aient du goût. Et dans ce cas, pourquoi j’irais manger une crème en dessert, si j’ai encore toutes les saveurs en bouche ?

Pourquoi j’irais noyer mes papilles du sucre, de lait et arômes plus ou moins artificiels alors que j’ai encore le goût des épices et des herbes ?

Apprenez à jouer avec les aromates. Et vous verrez que vous mangerez moins de saloperies. Car vous rééduquerez votre palet à la vraie nourriture.

À moins que vous mangez pour combler quelque chose ? Dans ce cas, lisez la suite :

 

Fausse croyance 4 : vous mangez vos émotions

Vous avez une croyance. Une croyance que la nourriture est la réponse à tout. Que vous avez besoin d’elle pour vous sentir mieux, pour vous occuper, pour vous récompenser.

Mais c’est faux.

Cette croyance vous bouffe la vie, et vous fait bouffer n’importe quoi.

Vous croyez vraiment qu’un bout de fromage ou un carré de chocolat ont des pouvoirs magiques ?

Qu’en les consommant, ça chassera toutes les émotions négatives ? Ou que ça accentuera les positives ?

Pour y répondre, je vais vous poser d’autres questions :

Quand vous écoutez votre chanson préférée, comment vous sentez-vous ? Bien, j’imagine.

Quand vous sentez un parfum agréable et familier. Que ressentez-vous ?

Les émotions qui en découlent ne viennent pas de la bande originale de la boom ou du parfum de votre partenaire. Mais bien de l’association que vous avez fait avec.

L’odeur ou la chanson est liée à un souvenir. Vous vous sentez bien lorsque vous la percevez.

Avec un biscuit, c’est la même chose.

Vous avez associé le fait de manger à une émotion. Et inconsciemment, vous cherchez ce réconfort. Et comme vous savez que la nourriture vous apaise, vous ne pouvez pas lutter.

Mais en fait, si. Si, vous pouvez.

Le plaisir qui vous cherchez est le même que vous vous sentiez une odeur, que vous faites l’amour ou que vous écoutez un son des Bee Gees.

Et ça, vous devez l’intégrer.

Car petit à petit, vous comprenez que la nourriture, c’est juste un assemblage de nutriments qui forme un tout. Ce n’est pas un moyen d’aller mieux.

Aucun aliment n’a ce pouvoir. Je le répète : c’est l’association que vous avez faite.

 

Fausse croyance 5 : vous êtes devenu fataliste avec l’âge

La ménopause est une période compliquée pour de nombreuses femmes. Entre les bouffées de chaleur, les yo-yo émotionnels, l’affaiblissement du métabolisme, la fonte musculaire.

Un enfer qui s’accompagne d’une prise de poids moyenne de 4 à 6 kilos.

Alors oui, c’est plus dur de maigrir. Si votre métabolisme ralentit, et que votre masse musculaire fond, vous avez plus de mal à perdre du poids. Et vous en prenez plus facilement.

Toutefois, allez faire un tour dehors.

Vous croiserez des femmes mûres qui ont un poids de forme. Des retraitées en formes et qui sont minces.

Alors pourquoi vous, ça serait différent ?

J’ai accompagné des femmes ménopausées. Et elles ont réussi à maigrir. Certaines même de manière rapide et conséquente. (Comme Marie-José, 64 ans qui a perdu 14 kilos en 4 mois)

Oui, vous avez peut-être du mal aujourd’hui. Mais regardez votre alimentation. Elle ne ment jamais.

Regardez le nombre de pains, de fromages ou de petits plaisirs que vous vous accordez.

Je ne dis pas de supprimer tout plaisir. Je pense d’ailleurs que le plaisir est primordial pour maigrir sur le long terme. Seulement, s’autoriser des gourmandises à chaque repas n’est peut-être pas la meilleure solution pour retrouver un poids d’antan.

Le surpoids à la ménopause n’est pas une fatalité. Mais peut être fatal, si vous n’agissez pas.

Car ce surpoids augmente tout un risque de problèmes cardiovasculaires, de diabète et de cancer. C’est bien prouvé : les femmes ménopausées en surpoids ont 50 à 110 % de risques en plus d’avoir un cancer du sein.

Alors qu’attendez-vous ?

 

Non… les gros os ne pèsent pas dans la balance !

Le surpoids vous gâche votre vie. Le surpoids vous empêche de pratiquer certaines activités. Vous encombre et vous démolit le moral à coup de massue.

Et les croyances qu’on vient de voir ensemble vous empêchent de vous réaliser. Pourquoi accordez-vous plus d’importance à ces pensées qu’à l’action ?

Pourquoi vous vous sabotez alors que vous n’êtes pas bien dans votre corps ?

Par peur du changement ? Peur de ne plus être la même personne ?

Mais qui vous dit que la vie qui vous attend n’est pas mieux ? Que d’être libéré de ce poids ne vous permettra pas de vous accomplir dans votre vie sociale, sexuelle ou professionnelle ?

Qui vous dit que vous ne passez pas à côté de votre vie ?

Alors, lâchez ce boulet. Et passez à l’action.

Qui suis-je ?

Jonathan RICHARD - conseiller en alimentation

Suite à des problèmes de santé, je suis passé d'un état de surpoids (90 kg) à sous-poids (55 kg) en moins d'un an.

C'est à ce moment-là que j'ai décidé de reprendre ma vie et ma santé en main. J'ai commencé à m'intéresser au développement personnel ainsi qu'à la nutrition. Cette dernière m'a tellement plu que j'ai poursuivi mes études dans ce domaine !

Aujourd'hui diplômé, j'aide les femmes à perdre du poids durablement, sans régime et sans frustration grâce au rééquilibrage alimentaire.


Tags


  • Merci pour cet article qui montre bien que la perte de poids commence avant tout dans la tête , d’où l’importance de se poser les bonnes questions dès le départ.

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >